Complexité et réalité

Le monde n'est pas une grande horloge qu'il suffit de démonter pour être comprise.

complexité et réalité

La complexité du monde réel

La réalité sociale s’avère difficile à transformer à partir des théories sociales, qui bien souvent nous aident d’avantage à comprendre les changements observés, plutôt qu’à prédire les changements à venir.

Nous expliquons ce constat par le caractère complexe de la réalité. C’est-à-dire que les facteurs influençant une situation sociale sont innombrables et en interaction. Il nous faut alors abandonner l’illusion de pouvoir identifier l’ensemble des facteurs d’une situation et leur fonction, dans le but d’établir des règles universelles permettant d’agir sur le fonctionnement des groupes sociaux.

Caractéristiques des systèmes complexes 

Dans les systèmes, cette complexité s’exprime à travers d’autres caractéristiques. Dans un système complexe :

  • une cause peut avoir plusieurs effets, et réciproquement, un effet peut provenir de plusieurs causes
  • les causes et les effets ne sont pas toujours proches dans l’espace et le temps : résoudre un problème d’appropriation d’un système d’information peut passer par la régulation des plannings qui influencent les relations interpersonnelles à l’origine de l’appropriation des outils, plutôt que par l’optimisation ergonomique des outils du système…
  • le réel est régi par des phénomènes cycliques rétro-actifs. C’est à dire que les effets viennent influencer les causes qui les ont provoqués. On dit que les causes et les effets se confondent.
  • Dans un système complexe, le « tout » est à la fois plus et moins que la somme des parties. Par exemple, une équipe développe des compétences qu’aucun individu seul ne possède. En revanche, les individus ne mobilisent pas l’ensemble de leurs compétences dans l’équipe. Certaines restent inemployées ou inconnues. Ce phénomène explique qu’il existe souvent les ressources en interne pour gérer les difficultés.

Une approche systémique et socio-technique des organisations

Parce que nous tenons compte des principes exposés concernant la réalité et les apprentissages, nous développons une approche dite systémique et socio-technique des organisations.

Approche Systémique

Nous parlons d’approche systémique car les organisations sont des systèmes contenant des individus qui sont en interaction. Ces individus constituent eux-mêmes des sous-systèmes, et les organisations sont également contenues dans un système supérieur composé par leur environnement politique, socio-économique et culturel.

Bien entendu, on ne peut embrasser la totalité des niveaux et des objets d’un système de systèmes. En revanche, on peut identifier les facteurs, dans ces différents niveaux, qui peuvent potentiellement devenir des leviers d’action capables d’engendrer un changement important, malgré la modestie de l’action.

Approche Socio-technique

Nous parlons d’approche socio-technique car l’humain développe depuis toujours des technologies qui font évoluer ses activités et ses relations. En retour, l’activité et les relations humaines font évoluer les technologies, à cause de l’apparition de nouveaux besoins, du changement des comportements, d’une transformation du rapport au temps et à l’espace etc.

Aussi nous semble-il risqué d’aborder les organisations, sans tenir compte des interactions entre les relations sociales et les technologies. Selon nous, cela peut conduire à passer à côté de leviers d’action essentiels pour engendrer le changement et à investir dans des solutions vouées à l’échec, parce que non déterminantes dans le fonctionnement du système.

Ces notions et leurs auteurs vous intéressent ?

Parlons en autours d'un café ou lors d'une table ronde avec vos collègues !