Théorie et pratique

Les deux faces d'une même pièce

Théorie et pratique sont opposées : un a priori à dépasser

En nous basant sur les derniers apports des différents courants de recherche de l’analyse de l’activité, nous pensons qu’il existe une nécessité à faire converger la théorie et la pratique dans l’activité humaine.

En France, ces deux composants sont traditionnellement opposés. D’un côté se situeraient les intellectuels capables de planifier, d’organiser de conceptualiser de façon globale, mais incapables de prendre en compte la réalité du terrain par manque d’expérience concrète. 

De l’autre côté nous trouverions les manuels, capable d’agir grâce à leur sens pratique, à leur expérience du terrain, mais incapables de prendre du recul pour percevoir les enjeux globaux et les subtilités d’une situation qui devraient pourtant être pris en compte dans la conduite de l’action et mènent à des manques fondamentaux.

Une nécessaire complémentarité

Pourtant, de notre point de vue, il existe une interdépendance entre la théorie et la pratique qui constitue les deux faces d’une même pièce : l’activité humaine. Chacun des termes bonifie l’autre, si l’on prend la peine de les faire dialoguer.

En effet, agir au quotidien est l’un des modes d’expression de la vie. Mais vivre, c’est dépasser sans cesse les règles ou normes, parce que celles-ci ne peuvent pas anticiper l’infinité des situations rencontrées dans la réalité. 

Dès lors, un nouveau travail de théorisation doit intervenir pour compléter ou modifier ces normes antérieures de façon à limiter l’inévitable inadéquation des normes à la vie, des théories à l’action.

Ainsi chaque fois que l’on prend la peine de questionner et faire évoluer les normes via un travail théorique, on donne l’opportunité à l’action de dépasser de nouvelles limites qui donneront lieu à de nouvelles questions. Autrement-dit, on permet à l’activité de progresser.

L’activité, une marche qui se fait sur deux jambes

L’ergologie a formalisé ce processus d’alternance entre théorie et pratique. Cette approche compare la relation théorie – pratique à la marche humaine. Chaque terme est un pied qui doit dépasser l’autre pour permettre à l’individu d’avancer. Mais marcher, c’est se jeter en avant en situation de déséquilibre.

Cette prise de risque oblige l’individu à quitter sa zone de confort pour avancer, mais à chaque nouveau pas il découvre de nouveaux horizons.

De la même façon, chaque dépassement de la théorie par la pratique est l’occasion d’approfondir la connaissance de l’activité. Et chaque évolution de la théorie pousse la pratique à changer puisqu’elle va dépasser la théorie…

Ces notions et leurs auteurs vous intéressent ?

Parlons en autours d'un café ou lors d'une table ronde avec vos collègues !